Menu

La France et la justice.

2 décembre 2014 - Non classé, Perso

[L’article datant de 2014, des changements ont sûrement été effectués au niveau de la loi]

[TW viol, génitaux, cissexisme et hétérosexisme institutionnel]

Aujourd’hui, comme depuis que je suis entré dans le monde LGBT, j’en apprends énormément sur les lois françaises, les défauts et tout, et tout…

Déjà, j’ai appris que le mot transphobie ne faisait pas parti du vocabulaire de la justice.
Ça signifie quoi ? Bah… Qu’il est impossible de porter plainte pour transphobie.
Pour homophobie, oui, mais pour transphobie, non.

Le jour où les lois avanceront, peut-être que nous pourrons porter plainte contre notre famille pour rejet, pour transphobie, pour tout ça…

Et un truc que je sais depuis un peu plus longtemps :
Le viol légal, ça existe.

C’est la justice, quand il y a demande de CEC, qui demande une expertise médicale par un médecin légiste.

En quoi consiste cette expertise ?

Tout simplement de vérifier pour les MtFs si leurs seins sont suffisamment développés pour pouvoir les considérer comme des femmes.

Si leur néo-vagin est suffisamment profond, suffisamment large pour accueillir un pénis. Oui, ils vérifient si vous êtes une femme selon un schéma hétéro-normé et cis-normé.

La nana MtFs en question est lesbienne ? Bah c’est pas grave, on regarde quand même. C’est curieux de savoir à quoi ça ressemble, un néo-vagin sur un «  ex-homme »

Pour le FtMs, en revanche, je n’en sais rien. C’est-à-dire que je n’en connais pas des masses, et ils ne sont pas encore à ce stade…
J’ai seulement entendu certains dire qu’on leur avait demandé de faire des pompes, des exercices physiques. À confirmer.

Si vous avez subi l’épreuve de l’expertise médicale, que vous soyez femme/homme/NB, n’hésitez pas à laisser un commentaire afin d’intégrer votre témoignage. (Précisez anonyme ou non)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *