Menu

Les CIGaLes et le Brésil

29 novembre 2014 - Non classé, Perso

De quoi ? Le Brésil ? La Coupe du Monde ?

Non, rassurez-vous, les non-footeuxses, pas de Coupe du Monde dans mon blog.

À la demande d’une amie, je vais raconter mon second soir à CIGaLes, qui est son premier soir à elle.

J’arrive donc à mon second soir, impatient de retrouver tout ce monde qui m’avait si bien accueilli la semaine précédente.
Et surtout pour revoir Damia et ses beaux yeux bleus.
Je n’ai pas arrêté de penser à elle toute la semaine. Impossible de penser à autre chose, ou même de me concentrer en cours.

Je dis bonjour à tout le monde, rappelant à certains mon prénom (de naissance, du coup), puis m’installe sur un canapé. Damia est installée sur le rouge mais il n’y a plus de place.
Je suis donc à côté de Cécile, avec qui je fais plus connaissance.

Puis Bruno, membre actif de CIGaLes me demande si c’est moi Isabelle.
Euh… Non…
Mais c’est qui Isabelle ?
Une nouvelle paraît-il.
Encore une nouvelle ? Mais ça arrive toutes les semaines les nouveaux ?

Isabelle la nouvelle. Ça sonne bien. Ça rime, aussi.

Donc, je me rappelle que Cécile et moi, nous amusions bien et puis la nouvelle est arrivée.

Elle est un peu perdue.
Bruno l’accueille et elle s’installe près de Damia. Grr.
Elle a un accent. D’où vient-elle ? Voyons, essayons de deviner. Les « u » sont des « ou », les  » e  » sont des « é »… Pays latino. Italie ? Espagne ? Portugal ?

Brésil.

Pardon ? Elle aurait traversé tout l’Atlantique pour l’association ?
Hum, mais non, Réfléchis… Elle doit habiter en France, là.

Damia et elle, parlent, avec Emeline arrivée il y a peu également.
La nouvelle capte l’attention de tout le monde. Grr. De Damia aussi. Double-Grrr.

Je l’aime pas. Je lui parlerais pas.
Isabelle la nouvelle je l’aime pas. Na.

Je continue de discuter avec Cécile, puis Vincent, un jeune homme d’à peu près mon âge.

Isabelle capte toujours autant l’attention de Damia.
Elle est étudiante en langues à la fac.
Mince. Je suis donc susceptible de la croiser.
Grr.

Elle doit partir.

Ah ? Tu dois partir ? C’est ça, laisse-moi Damia.

Héhé, viens là, Damia, approche, vi… Non ! Pars pas là-bas, mais non !

Pfffiou…

* * *

Fin de la soirée.

Je pars avec Emeline et Cécile en voiture. Emeline nous dépose près de chez elle, Cécile et moi continuons à pied jusqu’à l’arrêt de bus. Nous parlons. Nous nous confions.

Je lui avoue qu’il y a quelqu’un qui me plaît à l’association. Elle cherche chez les filles. Elle sait que j’aime beaucoup les yeux bleus.

« Emeline ? Elle a des yeux bleus. Non ?
Isabelle ? Ah ben non, tu as été jaloux d’elle toute la soirée. Même si tu veux pas l’admettre.
Donc Damia ? Oui ? Ah ! Non, je le dirais à personne.
»

Elle ne l’a jamais dit à personne.

Pour une seconde soirée, c’était la meilleure.

Et le soir suivant, mon troisième, son deuxième, elle est devenue très amie avec Emeline.
Donc ça allait mieux. Tant qu’elle laissait Damia tranquille, moi, je la trouvait sympa.
Puis finalement, isabelle et moi, (Zaboue, que je l’appelle) ben on s’entend très bien. On s’est parlé vers le troisième soir et on s’est bien entendu vers le quatrième soir (son troisième à elle, vous suivez ?). D’ailleurs, il est déconseillé de nous laisser seuls tous les deux, tellement qu’on est fous tous les deux.

Note pour la prochaine fois : Ne jamais se fier aux apparences !

Oui, Zaboue, j’ai vraiment été jaloux de toi, parce que tu as su capter l’attention de Damia !
Mais je t’en veux plus, hein !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *