Menu

Encore De La Transphobie Parentale…

28 janvier 2015 - Coming-Out, Non classé, Perso, Pré-THS

[TW rejet familiale]

Après un nouvel appel téléphonique ce soir…

1- Pour ma mère ça change pas. Toujours au même point, dans la colère.

2- Ils payeront mon loyer jusqu’à juin (ou plus si je réussis mon année) sinon, c’est système démerde.

3- Ils viendront ce samedi 31 Janvier à mon studio me rapporter les affaires qui sont restées chez eux, elle m’a demandé lesquelles. Je serais avec Damia sinon je vais craquer. Et on m’a conseillé effectivement de ne pas y aller seul.

4- Ma mère m’interdit – et là ça en devient complètement surréaliste ! – de retourner dans le village où se trouve le foyer familial ET donc de retourner à mon Harmonie (Orchestre dans lequel je suis depuis très longtemps) et donc elle souhaite que je ramène ma veste de concert pour la leur redonner.

5- D’après elle, je dois retourner voir un « vrai psy ».

6- Pour elle, cette issue est fatale. Je lui parle de mes ami.e.s trans qui ont un travail, une bonne situation, et sont sociabilisé dans le genre auquel ils/elles s’identifient, elle me répond « C’est de l’utopie » (Ce qui a fait rire Damia et le porte parole de la Fédération-LGBT présents lors de l’appel)

7- Pour finir, elle se contredit car elle me dit que la porte est ouverte si je suis « [Ancien prénom] » mais d’un côté elle veut plus que j’aille à mon village…

C’était le point « appel de trop ».

Alors donc, j’irais samedi accompagné de Damia (Super la première rencontre avec beau-papa et belle-maman), à mon studio, pour récupérer mes affaires.
Je vais avertir mon Harmonie que ma mère m’interdit l’accès au village pendant quelques mois et qu’elle leur rend ma veste. On va bien voir leur réaction, sachant que je leur préciserais de me la réserver, car je ne souhaite en aucun cas les abandonner.

Pour le rapport financier, c’est cool, mais moi, en juin, je me casse de ce studio-grotte. J’enverrais un préavis de départ dès qu’il est prévu je m’installe avec Damia. (organisation, tout ça)

Pour moi, mon psy était suffisamment légitime donc non, je n’irais pas en voir un autre.

Elle ne veut plus me voir… Sa porte est grande ouverte à moi… Je fais une grosse connerie… Elle arriverait presque à me convaincre, celle-là… Mais non. Je ferais cette transition, non pas pour lui montrer qu’elle a tort, mais pour ma vie.

Je m’estime chanceux d’avoir seulement mes parents qui me rejettent, et encore, ils m’aident financièrement.
Je suis bien entouré, mais cela n’empêche pas de ressentir une certaine solitude.

4 réflexions sur “ Encore De La Transphobie Parentale… ”

Gordon

C’est cool que tu sois entouré de gens. Quant à ta mère… elle n’a aucun droit de t’interdire de te rendre dans un village, elle se croit où ?

Courage.

Répondre
gwen

Je te souhaite beaucoup de courage et de paix @tomtompouce 🙂

Répondre
MarieNo

Bonjour,

Absolument personne d’autre qu’un juge n’a le droit de restreindre vos mouvements. Ni votre mère ni personne d’autre ne peut exiger de vous que vous renonciez à une activité très importante pour vous, qui plus est juste pour son confort à elle!

Faire son coming out est d’une manière de révéler aux autres quelque chose qui nous est essentiel. C’est une information et une affirmation de soi à la face du monde. Il est essentiel de le vivre en ne laissant aucun droit aux autres d’influencer nos actions, selon qu’ils nous acceptent ou non. Je sais que c’est infiniment plus facile à dire qu’à faire, et ça l’est d’autant plus quand des parents ont mis toute leur énergie à nous rendre affectivement dépendant d’eux.

Mais il est possible et indispensable de se libérer de cette dépendance affective. Je vous mentirais si je vous disais que c’est facile et rapide. Mais c’est possible. ll vous faut trouver la bonne personne pour vous aider. Ca peut être votre psy … ou une deuxième personne. Dans tous les cas, il est indispensable que cette personne ait déjà fait le chemin pour elle-même (et, cela, aucun diplôme ne le garantit), qu’elle soit fondamentalement respectueuse de qui vous êtes, qu’elle ait suffisamment de recul avec son propre chemin pour ne pas vous plaquer ses propres histoires sur le visage et qu’elle ait suffisamment d’expérience, de feeling, d’intuition, pour vous accompagner avec succès. Et vous devez vous sentir très bien avec. Ca fait beaucoup de conditions. Mais elles sont indispensables.

Si vous avez besoin d’exemples de personnes ayant une belle vie après leur transition, le site de Lynn Conway peut vous en donner pas mal, mais ce sont des personnes MtF pour l’essentiel. Je ne connais pas de collection équivalente de témoignages pour des personnes qui ont (ou on fait) un parcours FtM.

Bonne chance pour votre transition!

Répondre
S.

Voilà une passe difficile à traverser, à n’en pas douter.
Garde en tête que tu n’es pas seul, malgré ce que tu crois.
Dans la mesure du possible, essaye de mener à bien tes « projets de vie » (transition, études, appartement) et laisse du temps à tes parents : ils partent de loin effectivement, mais rien n’est impossible.

Répondre

Répondre à Gordon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *